Salon du Tatouage 2014

Le phénomène du tatouage

Lifestyle • 15 décembre 2014
FunHouse, la plus grande boutique de tatouage de Metz FunHouse, la plus grande boutique de tatouage de Metz

Depuis quelques années, le tatouage est devenu un vrai phénomène de masse ! Il n’est plus l’apanage des bikers et des mauvais garçons. Il a, pour beaucoup, une dimension esthétique, c’est une façon d’attirer l’attention, de parfaire un peu plus son look. De même, de plus en plus de jeunes, entre 18 et 25 ans, passent à l’acte. C’est une façon de se réapproprier leur corps et de le signer.

 

Retour sur ce « phénomène » avec l’interview de Bastien Tranquillo, responsable de la boutique FunHouse, une des plus grandes boutiques de tatouage sur Metz et qui existe depuis 1997.

 

« Réfléchissez bien avant de vous faire tatouer ! »

 

Parles-nous de ta boutique ?

Le shop existe depuis 1997 et ça doit faire 5-6 ans que j’ai repris la boutique depuis le départ de Jack (l’ancien responsable). On invite régulièrement dans notre boutique des « guests » venant d’Angleterre, de République Tchèque… pour qu’ils puissent partager leur expérience, leur style et leur technique particulière.

 

Combien as-tu d’employés ?

Pour l’instant, j’ai 3 employés et 2 collaborateurs à temps plein. 5 personnes de plus vont se greffer à notre shop, plus les guests. Donc on tourne avec 10-12 personnes. Je suis obligé d’engager d’autres personnes parce que là j’ai un tatoueur booké pour un an, un autre 6 mois et un dernier 2 mois. On est vraiment le plus gros shop de Metz !

 

En pleine séance de tatouage

En pleine séance de tatouage

 

Vois-tu une démocratisation du tatouage ?

Oui il y a une réelle démocratisation du tatouage. Maintenant tout le monde se fait tatoué, les jeunes/les vieux, les garçons/les filles, les avocats/les éboueurs… Auparavant, c’était un acte marginal, aujourd’hui tout le monde s’y met.

 

Et que penses-tu de cette évolution ?

Je n’aime pas trop cette évolution où le tatouage est devenu un phénomène de mode, où tout le monde veut se faire tatouer une envolée d’oiseaux, un signe de l’infini… Un tatouage c’est quelque chose de personnel, qui a une signification propre, il doit être unique. C’est pourquoi lorsqu’une personne veut se faire ce genre de tatouage à la mode, on essaye de faire un peu de pédagogie, de leur expliquer que ce n’est pas forcément la meilleure idée car ça va rester greffer dans leur peau toute leur vie. Si j’avais un conseil à donner aux personnes qui veulent se faire tatouer : réfléchissez bien avant de vous faire tatouer !

 

FunHouse – Tatoo & Piercing

19, 21 rue des Jardins – 57000 Metz

Tél : 03.87.66.23.78

Mail : contact@funhousemetz.com

Site : www.funhousemetz.com

Horaires : Lundi : 14h/19h – Mardi à vendredi : 10h/12h – 14h/19h

 

Une salle de tatouage

Une salle de tatouage

 

LE PHÉNOMÈNE DU TATOUAGE ÉPHÉMÈRE

 

Si se faire tatouer est un acte qui mérite réflexion, le tatouage éphémère permet d’oser sans le regretter. Ludique et sans risques, un faux tattoo vous évitera d’avoir à vous demander comment l’enlever. Les motifs sont variés, il y en a pour tous les goûts et à moindre coût.

 

Attention ! Il ne faut pas les confondre avec les tatouages semi-permanents qui durent quelques années et qui sont très controversés à cause de la qualité des pigments et du matériel utilisé. Les tatouages éphémères sans injection sous-cutanée sont sans danger. Leur durée de vie n’excède pas quelques semaines. Par contre, le tatouage au henné noir, allergisant, est fortement déconseillé. Tournez-vous plutôt vers le tatouage au henné traditionnel orange, au harkous tunisien ou à l’encre australienne, qui sont notamment utilisés par les acteurs pour donner l’illusion d’un tatouage le temps d’un tournage.

 

Vidéo incroyable d’une séance de tatouage en slow motion :

 

Les tags :    
Jérémy de Cambodgie

Jérémy de Cambodgie

Sportif accompli (tennisman, footballeur et traileur), grand cinéphile et mélomane éclectique… Jérémy de Cambodgie chérit les Raffaellos, adore le fromage, raffole du saucisson et vénère la bière. Son Dieu : Quentin Tarantino, à mois que ce soit Charlie Chaplin. Hmmm...

fermeture du menu à droite