Rencontre avec Tequilasavate y su Hijo Bastardo

Fréquence 8 • 30 mai 2017
Tequilasavate Samedi en 8 Nancy

Le duo de squelettes nancéiens Tequilasavate y su Hijo Bastardo revient avec un nouvel album « Dale ! Dale ! Dale ! ». Nous les avons rencontrés lors de leur release party à la Machine le 25 mai dernier.

 

D’où vient ce nom ? 

Tequilasavate y su Hijo Bastardo est un groupe de musique pseudo mexicaine orientée garage punk avec des mélanges d’autres genres musicaux. Le nom est assez obscure et vient d’une soirée alcoolisée… Au départ c’était juste Tequilasavate, puis en 2010 quand Pierre a rejoint le projet il y a 2 ans, on a eu l’idée du fils caché, du fils bâtard donc Hijo Bastardo.

 

Pourquoi le Mexique ?

C’est un univers qui nous a toujours fasciné visuellement. La fête des morts, leur rapport à la religion qui est très différent de celui en Occident, puis Salma Hayek. Il y a également beaucoup de choses qui viennent du cinéma et des interprétations du Mexique dans les films américains et mexicains, comme Une nuit en enfer, Desperados

 

De quoi va parler votre nouvel album ?

D’amour, de mort et de burritos ! On est sur des chansons rock donc il n’y a pas de chansons à message. On est aussi très fan du cinéma de genre, des séries B et des séries Z donc on évoque des histoires de vaudous, de loups-garous… C’est quelque chose d’assez festif sur les clichés du Mexique. Mais ce qui est intéressant dans le chant c’est le coté musical. On recherche des phrases qui percutent, qui se retiennent, qui soient agréables à chanter au niveau des sonorités.

 

Quelles sont vos influences ?

Ce sont des choses qui nous parlent esthétiquement. Comme les films d’horreurs de série Z, l’esthétique mexicaine, la Nouvelle Orléans par rapport au blues… Tous ces univers se mixent. On garde le côté macabre de tout cela mais on en fait quelque chose de joyeux avec des ambiances qui font référence aux films d’épouvantes. On aime beaucoup ce décalage. C’est pour cela qu’il y a beaucoup de second degré, d’humour. On fait les choses sérieusement mais on ne se prend pas au sérieux.

 

Pourquoi le sortir uniquement en vinyle ?

On a choisi le vinyle parce que c’est un bel objet qui revient à la mode. Mais c’est aussi par rapport au budget. Comme on fait tout nous même y compris la sortie des disques, même si cette fois on est aidés par le disquaire de Metz La Face Cachée qui a coproduit l’album. On a sorti des CDs, des k7 mais le vinyle reste l’objet fétiche du musicien. Avec les vinyles, sont disponibles les codes de téléchargements parce qu’on sait que la réalité d’aujourd’hui c’est d’écouter le disque en MP3.

 

Tequilasavate Samedi en 8 Nancy

 

Et pour connaître un peu mieux Tequilasavate y su Hijo Bastardo, le duo s’est prêté au jeu du « si je vous dis… » :

 

SI JE VOUS DIS…

 

…CABARET VERT

Fierté et surprise. On a été retenus dans la programmation du Cabaret Vert. On était très surpris et très contents, c’est l’opportunité de jouer devant beaucoup de gens. Mais on a conscience de nos limites dans ce genre d’exercice et jouer tous les deux seuls sur une grande scène ca ne nous convient pas. Donc on a négocié pour pouvoir jouer au milieu du bar en étant au milieu des gens. Donc dans la mesure où ça peut se faire comme ça, ce sera super !

 

…MEXIQUE

Salma Hayek et l’idée de nous y rendre un jour.

 

…BURRITOS

On en mange beaucoup… En tournée les gens veulent nous faire plaisir et nous font des burritos, du coup on joue beaucoup et on en mange beaucoup…

 

…ZOMBIES

Fascination. Ca fait partie des choses qui on nourrit notre univers, notre enfance. C’est un peu une peur primaire présente quand on est jeune, donc on essaie de jouer avec ça.

 

…IDOLE

Johnny Halliday, l’idole des jeunes et des moins jeunes ou un personnage de la scène garage européenne, Reverend Beat-Man, avec lequel on a eu la chance de jouer il y a quelques mois.

 

…CHANSONS INAVOUABLES

« Freestyle du sale » de Lorenzo, « Escape » de Rupert Holmes ou encore les chansons de Tom Jones et Chris Isaac.

 

…UN DERNIER MOT ?

Burritos ! Et 2018 l’année des Tacos !

 

En écoute, Burrito :

 

Noé

Noé

Etudiante, passionnée par la musique en tout genre, rêve de voyage et de sensations à travers l’objectif de son appareil photo.

fermeture du menu à droite