On a kiffé le Cabaret Vert !

Fréquence 8 • 2 septembre 2016
Cabaret Vert Samedi en 8 Metz Nancy Bienvenu au Cabaret Vert © Lison Palczynski

Le Cabaret Vert 2016 s’est achevé dimanche dernier. Sourire aux lèvres, l’émotion était palpable et contagieuse. Une édition brûlante dans tous les sens du terme, avec quatre jours de western musical sous une chaleur torride pour les 94 000 festivaliers. Quatre jours complets, l’amorce d’un nouveau cycle pour le festival et du bonheur sur tous les visages, chez les festivaliers autant que chez les artistes ou les 1850 bénévoles qui ont sublimé ce rendez-vous désormais incontournable de la fin de l’été. Cette aventure humaine si particulière où la générosité, l’audace et la fête se côtoient sans entrave. Un cru 2016 en forme de coup de poing. Et de coup de cœur.

 

Promesses tenues

Côté scène, frissons garantis et prestations qui ont tenu leurs promesses. Le cru 2016 a ainsi séduit un public en quête d’émotion pure. Samedi en 8 étaient présents seulement le samedi et dimanche donc nous n’avons pas pu profiter des soirées du jeudi et du vendredi, et de l’énergie positive de M83, du groove de Damian Marley, de la présence exceptionnelle de Nas ou encore des retrouvailles émouvantes avec Indochine et Louise Attaque. Mais par contre, on a pu admirer ce week-end l’indie pop de Miike Snow, l’énergie de Bloc Party, le son grunge de Grand Blanc et l’élégance rock de Feu! Chatterton. On est également redevenu ado devant Sum 41, on a plané avec Club Cheval, on a découvert un petit bout de femme énergique avec Soom T et on a shaké notre body devant Breakbot.

 

Cabaret Vert Samedi en 8 Metz Nancy

Les gros riffs de Sum 41 © Lison Palczynski

 

De la musique, mais pas que…

Le Cabaret Vert a invité aussi les festivaliers à flâner au cœur de propositions culturelles riches et diversifiées. En clair, il n’y en a pas que pour les oreilles. Un espace BD renouvelé dans son aménagement, accueillant plus de 40 auteurs. Le fameux Temps des Freaks et sa parenthèse dédiée aux arts de rue pour le plus grand bonheur des petits mais aussi des grands. Du cinéma débridé dans le Chapiteau aux images, avec notamment du « women porn ».

 

Bien boire et bien manger

Depuis ses débuts, le festival joue habilement entre diversité artistique et diversité culinaire. Un festivalier repu est un festivalier heureux. De la street food à la sauce traditionnelle, le tout avec des produits provenant exclusivement des Ardennes. Circuits-courts, une logique respectée. Les must ? Le bar Groin Groin, le bar à vins, l’Exodia avec ses plats végétariens, la Ferme avec son fromage et sa charcuterie, et l’incontournable croûte ardennaise, forcément. Comme dans tous les domaines, l’esprit du Cabaret Vert assure ainsi des retombées économiques non négligeables pour le territoire.

 

Cabaret Vert Samedi en 8 Metz Nancy

Le festival s’est fini avec Breakbot © Lison Palczynski

 

La Cabaret Vert 2016 en quelques chiffres :

– 12ème édition

– 94 000 festivaliers

– 49 groupes

– 1850 bénévoles

– 281 journalistes accrédités

– 38,7° au plus chaud / 31,4° en moyenne

– 10 minutes de pluie

– 47 tonnes d’eau distribuées gratuitement

Jérémy de Cambodgie

Jérémy de Cambodgie

Sportif accompli (tennisman, footballeur et traileur), grand cinéphile et mélomane éclectique… Jérémy de Cambodgie chérit les Raffaellos, adore le fromage, raffole du saucisson et vénère la bière. Son Dieu : Quentin Tarantino, à mois que ce soit Charlie Chaplin. Hmmm...

fermeture du menu à droite