Entretien avec Patricia Petibon

Fréquence 8 • 13 janvier 2016
Patricia Petitbon

Entretien avec Patricia Petibon, la « soprano colorature », qui se produit sur scène à l’Arsenal le vendredi 15 janvier à 20h.

 

« Divine Diva », un concert symphonique accompagné par l’Orchestre National de Lorraine (ONL).

 

 

« Divine Diva », un mélange d’opéra français et de compositions espagnoles. Pouvez-vous nous présenter cet opéra ?

Il s’agit avant tout d’un concert caritatif avec « Coline En Ré » une association qui récolte des fonds au profit d’enfants en danger. Les français et les espagnols ont beaucoup de liens historiques et artistiques mais la musique espagnole n’est pas connue ici. Dali, Picasso… au niveau des compositeurs De Falla pour moi c’est la même chose. À partir de De Falla, la musique s’est envolée entraînant ce mélange entre le populaire et le savant. C’est ce que j’ai voulu dans mon programme, ce mélange là. C’est intéressant pour moi d’exploiter ce répertoire.

 

Metz, l’Arsenal, des lieux que vous appréciez ?

Je serai sur place à Metz, deux jours avant la représentation afin de répéter avec l’Orchestre National de Lorraine. L’Arsenal est une très belle salle dont vous pouvez être fiers. J’y ai déjà chanté il y a fort longtemps, peut-être 15 ans. Avoir accès à une salle telle que celle-ci signifie que culturellement il se passe des choses. C’est une grande chance pour le public messin !

 

Être accompagnée par l’ONL et Jacques Mercier, est-ce que cela vous porte, vous impressionne ?

Chanter signifie transmettre quelque chose aux autres. Ce n’est pas juste se mettre en avant sur une scène. L’importance est d’être là, de vivre ce moment et de le partager avec Jacques Mercier. C’est un chef d’orchestre formidable mais surtout un Homme « humain » avec qui on aime discuter, échanger. On ne s’était jamais rencontrés avant mais on se connaissait. Ensemble, nous allons donner le meilleur de nous même pour une cause commune.

 

Comment vous définiriez-vous ? Soprano colorature ?

J’ai un type de voix particulier que je peux qualifier d’assez longue, qui monte et qui descend. Colorature est un adjectif collé à soprano qui explique la virtuosité de la voix.

 

Peux-t-on parler d’un travail d’acteur lorsque vous vous produisez sur scène ?

C’est du chant pur mais on essaie de s’investir dans ce que l’on raconte. Pour chaque seconde, vous prenez une inspiration, une expiration. Nous les « chanteurs », nous sommes entre la vie et la mort. On exploite le son avec deux frontières que sont l’inspiration et l’expiration.

 

Vos projets suivants ?

Un opéra encore plus classique, « Mithridate » de Mozart, avec une chef d’orchestre femme : Emmanuelle Haïm.

Sev'

Sev'

No-Mad, mais un peu quand même … Fan de sa tribu, Sev’ aime la différence, être surprise et rêve que la vie soit un fabuleux carnet de voyage.

fermeture du menu à droite